Leçon #1 : Les DEX/AMM

Comment on passe d'un coin à un autre sans sortir de la blockchain ?

Les DEX & les AMMs

La première étape pour décentraliser notre système financier est, bien évidemment, de pouvoir échanger des coins sur la blockchain sans passer par des CEX (exchanges centralisés). De ce besoin ont émergés les DEX, ayant le même fonctionnement que les CEX, comme par exemple Cryptobridge, permettant de lister d'échanger différentes cryptos à la manière des CEX, au travers d'un orderbook. Cependant, ils étaient lents et manquaient de liquidité, et n'étaient pas réellement décentralisés, ce qui en mena la majorité à fermer ou implémenter des mesures de KYC à cause des législations américaines.

Focus sur les Automated Market Maker

Des cendres des DEX, sont nés les AMM (Automated Market Maker). En effet, les AMM servent la même fonction principale que les DEX, mais fonctionne tout à fait différemment et de manière totalement décentralisée.


Les AMM fonctionnent sans order books, dépendant en réalité de ce qu'on appelle les "Liquidity Pools". Une liquidity pool est comme un grand bac ou des gens quelconques détenant un peu de deux cryptos différentes (que l'on surnomme LP ou "Liquidity Provider") viennent en déposer pour chaque une quantité de valeur égale. Ces pools, un peu comme sur les exchanges, fonctionnent donc par paires (ETH/USDT par exemple), répartit également dans les deux cryptos. Cela permet à l'AMM d'avoir de quoi fournir un quelconque acheteur en crypto peu importe sans demande (dans la limite du solde du pool) à un prix fixe déterminé par le ratio de chaque crypto dans le pool (si le pool contient 2100 USDT et 3 ETH, alors 1 ETH = 700 USDT). Ces quantités diminuent ou augmentent donc en fonction des échanges et le prix se régule de lui-même, car s'il est trop bas les gens viendront acheter pour vendre ailleur, et s'il est trop haut les gens viendront vendre ce qu'ils auront acheté ailleurs, créant un équilibre naturel.

Cependant, comme vous devez vous en douter, les LP ne fournissent pas la liquidité de la bonté de leur coeur. Donc, chaque échange contient comme sur un CEX des frais, dans les deux cryptos impliquées, qui sont reversés dans le pool. La part de cryptos des LP étant déterminé par leur pourcentage du pool répartit de façon égale dans les deux cryptos réspectives, calculé par la blockchain, la quantité de cryptos qu'ils détiennent va donc s'accumuler par rapport à leur part du pool.


De plus, certains AMM détiennent leur propre token qu'ils offrent en récompense aux LP (UNI pour Uniswap, SUSHI pour SushiSwap, etc...).
Chacun peux donc fournir de la liquidité et devenir LP, ou même lister un nouveau paire, du moment qu'il détient de quoi payer les frais de la blockchain et faire un apport au pool. La pratique de générer des revenus de cette façon est surnommée le "Yield Farming", le "yield" étant le retour sur investissement.

Exemples d'AMM:

Uniswap: AMM ETH, créé par Hayden Adams, un des créateurs d’Ethereum. Uni pour "Unicorn".

Curve: AMM sur la blockchain Ethereum dont les algorithmes sont conçus pour réduire les frais d'échange et optimisés pour les stablecoins

SpiritSwap: AMM principal sur Fantom

PancakeSwap: AMM principal sur la Binance Smart Chain

Thorchain: AMM cross-chain pour échanger des assets natifs

TraderJoe: AMM principal sur la C-Chain Avalanche

Ankhrypto

Crypto and DeFi worshipper, fundamentals trader

DeFi Master